Imprimer

Mémoire de fin d’études: la réintroduction d’élevage dans un territoire spécialisé en grande culture est‐elle durable ?

  • Auteur
    SEGUIN Valentin
  • Date de publication
    2015
  • Editeur
    RMT ERYTAGE / IAE Lille

Résumé du mémoire:

Dans la théorie comme dans la pratique, tout s’oppose à une diversification des productions agricoles au sein des territoires spécialisés en grande culture. Pourtant, l’élevage présente des qualités indéniables qui le rendent complémentaire avec les productions végétales. Mais le couplage des productions estil vraiment durable ?

Ce mémoire présente l’étude de faisabilité de couplage des productions animales et végétales au sein d’un territoire spécialisé en grande culture, le Pithiverais (Loiret).

Tout d’abord, pour comprendre la cohérence de cette démarche, nous analysons le terme agriculture durable. Celuici tend à promouvoir une agriculture plus productive qu’à l’heure actuelle, tout en réduisant les retombées environnementales négatives.

Dans un deuxième temps, après avoir choisi comme territoire d’étude le Pithiverais, les acteurs ruraux sont identifiés puis enquêtés, notamment des agriculteurs. Cela nous permet, au niveau du territoire de comprendre son fonctionnement, au niveau des agriculteurs, de connaître leur perception de la durabilité, d’analyser les systèmes et les pratiques en place.

Après ce diagnostic, trois scénarios de réintroduction d’élevage en association avec des "Fermestype Grande Culture" du territoire d’étude ont été imaginés : un atelier d’élevage de 2000 bovins, un atelier d’élevage de 500 bovins et un atelier d’élevage de 3000 brebis. Une évaluation multicritères des systèmes est réalisée au regard d’indicateurs de durabilités économiques, sociaux et environnementaux. Les résultats permettent de mettre en relief la situation de la fermetype grande culture avant et après simulation de réintroductions. L’atelier d’élevage, bien qu’indépendant de l’atelier céréalier, interagit tout de même avec lui grâce aux flux d’aliments de l’exploitation céréalière vers l’élevage, et aux flux de fumiers de l’élevage vers l’exploitation céréalière. L’évaluation de ses performances s’appuie sur des indicateurs techniques, économiques, sociaux et environnementaux.

La démarche méthodologique pour le diagnostic du territoire et l’évaluation de la durabilité sera discutée en regard des méthodes, indicateurs et outil d’évaluation multicritères retenus. Elle permettra de nourrir les travaux du RMT ERYTAGE et particulier de son Axe 3.

En conclusion, nous avons un projet économiquement viable à l’impact quasiment neutre sur les aspects techniques et environnementaux de l’exploitation céréalière, sauf dans le cas d’un des scenarios. Celuici basé sur l’introduction d’un élevage ovin entraine une modification de l’assolement de la fermetype et le pâturage des moutons pendant les intercultures. Il implique une interaction plus forte entre les systèmes et présente un profil de durabilité plus intéressant.

Le territoire semble réunir les conditions de réalisation d’un tel projet à condition d’organiser et développer la dynamique des acteurs présents, lesquels ont montré écoute et intérêt à l’étude et à ses résultats.

 

Téléchargez le document complet à l’aide du bouton « Télécharger » ci-dessus.

Top
Top